Détecteur de fumée

 


Les détecteurs autonomes avertisseur de fumée (DAAF) doivent absolument posséder le marquage CE et être conforme à la norme EN14604.

 

OBLIGATOIRE pour :

-        Tout le monde à partir du 8 mars 2015

 

La norme prévoit au moins 1 détecteur par foyer.

Nous préconisons au moins 1 détecteur par étage.

Nous suggérons de placer autant de détecteurs qu’il le faut pour que vous soyez avertis en journée en tout point de votre habitation et avertis la nuit dans les pièces de sommeil.

 

Un détecteur de fumée dans votre habitation réduit de 50% le risque d’être tué si un incendie se déclare (généralement constaté dans les pays ayants déjà rendu obligatoire cette clause)

La vie n’a pas de prix, optez pour la sécurité maximale.

 

 

Soyez prévoyant, n’attendez pas une rupture de stock comme pour les gilets jaunes en 2008 et méfiez-vous des contrefaçons.

 

Il existe 2 sortes de détecteurs de fumée :

-          Ceux qu’on appelle les DAAF, détecteurs autonomes avertisseur de fumée. Comme son nom l’indique, ils sont entièrement autonome et seul celui qui détecte la fumée va sonner.

-          Ceux qu’on dit communiquant entre eux. Dès qu’un détecteur détecte la fumée, l’ensemble des détecteurs se mettra à sonner.

  • Exemple pour un immeuble ou une copro : s’il y a le feu au dernier étage, le 1er étage sera également prévenu d’un feu dans l’immeuble.
  • Exemple pour une maison : si le feu se déclare dans la cave (local chaufferie), vous serez averti avec le détecteur du 1er étage placé à côté de vos pièces de sommeil.

 

Retrouvez nos produits avertisseur de fumée [lien]

 

Loi Morange sur l'installation d'au moins un détecteur de fumée dans les habitations : le décret est publié

 

Chaque occupant a jusqu'au 8 mars 2015 pour installer un détecteur de fumée dans son logement.

La France était l’un des derniers pays occidentaux à ne pas avoir d'obligation d'installation de Détecteurs Avertisseurs Autonomes de Fumée (DAAF). 

Le 13 octobre 2005, l'Assemblée Nationale a adopté la proposition de Loi de Mrs Morange et Meslot donnant obligation à chaque propriétaire ou occupant d'une habitation d' installer et d'entretenir au moins un Détecteur Avertisseur Autonome de Fumée

La proposition de loi déposée au Parlement en 2005 et visant à rendre les détecteurs obligatoires a enfin été adoptée à l'unanimité le 13 janvier 2010 par les députés et sénateurs réunis en commission mixte paritaire.

Le 23 février 2010, l'Assemblée Nationale a adopté la proposition; le Sénat a également voté le texte le 25 février.

Le 9 mars 2010, la loi a été définitivement adoptée et publiée au JO n°0058 du 10 mars 2010 .

Le décret fixant les modalités d'application a été publié le 10 janvier 2011.

Le 8 mars 2015 au plus tard, tous les logements devront être équipés d'au moins un détecteur de fumée.


L'adoption de cette loi était motivée par l'augmentation du nombre des incendies d'habitation ces dernières années ainsi que par le nombre croissant de victimes en résultant. En 2009, le nombre d'incendies en France a augmenté de 10%.

La généralisation des détecteurs de fumée devrait permettre de sauver 400 à 500 vies par an et de réduire le nombre de personnes brûlées qui s'élève à 10 000 chaque année. 

Dans tous les pays où l'installation de détecteurs de fumée est obligatoire, on a constaté une diminution du nombre de décès de 50 %, car 70 % des victimes décédaient la nuit sans avoir pu être réveillées.

Détecteurs de fumée : Les chiffres !

  • 10 000 victimes d’incendies domestiques chaque année !!!
  • Avec un total de presque 800 morts!
  • Toutes les 2 minutes en France, un incendie domestique se déclare.
  • 3 minutes, c’est le temps d’action lorsqu’un feu se déclare.
  • 1 fois sur 4, l’incendie est causé par une installation électrique défaillante.
  • 5 minutes, c’est le temps qu’il faut pour que la température d’une pièce en feu atteigne près de 600°C !
  • La nuit est le moment où 70% des incendies se déclarent et où le nombre de décès dus à un incendie est le plus élevé.
  • De nombreuses personnes gardent  à vie de graves séquelles physiques, respiratoires, traumatiques et psychologiques.
  • 98 113 incendies d’habitation ont provoqué l’intervention des sapeurs pompiers, en 2003.
  • 2/3 des victimes sont tuées par les fumées provoquées par l’incendie et non par le feu lui-même.